Le problème des politiques gouvernementales

Le 26 octobre 2020

Lorsque la pandémie a frappé, le Canada presqu’en entier a fermé boutique. Au fil des jours, certains secteurs jugés essentiels par les responsables gouvernementaux ont été autorisés à rouvrir. Pour le secteur du plein air, cela a pris beaucoup plus longtemps. Pourquoi notre secteur a-t-il tant de mal à être représenté au sein des politiques gouvernementales?

Lorsqu’on pense à la santé et au bien-être d’un secteur d’activité (sports, transports, pétrole), il est essentiel d’avoir le soutien du gouvernement. Au Canada, comme fédération, les responsabilités gouvernementales sont souvent réparties entre les niveaux de gouvernement fédéral, provincial et municipal. Dans un tel système, un secteur en santé parvient surtout à faire des distinctions claires face à qui fait quoi ET institutionnalise une collaboration là où il y a des chevauchements.

Dans tous les secteurs mentionnés précédemment (sports, pétrole, transports), les responsabilités sont claires. Ce n’est pas notre cas. Pour le plein air, les responsabilités peuvent habituellement être appartenir aux ministères de l’environnement (parcs), du tourisme ou des loisirs. Cependant, lorsqu’on examine les activités de plein air, en particulier les activités de plein air encadrées, les domaines de responsabilité sont éparpillés telles les pièces d’un casse-tête bien loin d’être résolu. Au niveau fédéral et dans la plupart des provinces, peu de politiques répondent directement aux besoins de notre secteur. La plupart des politiques se résument à l’octroi de permis, à l’accès aux et à la gestion de ces dernières à des fins de conservation. Il n’y a pas de collaboration interministérielle dans la plupart des provinces et il n’y a pas de collaboration provinciale-fédérale au sein de la fédération.

La voie à suivre est claire. Si le secteur des activités de plein air doit recevoir les fonds et le soutien nécessaires pour prospérer et attirer davantage de personnes à l’extérieur, nous devons engager un dialogue avec le gouvernement fédéral et tous les gouvernements provinciaux. Cet engagement conduira à l’élaboration des cadres politiques et institutionnels nécessaires. Un exemple de cadre serait la commission du tourisme, dont les objectifs sont de soutenir les relations de coopération et de fournir des informations au secteur privé et aux différents gouvernements du Canada.

Joignez-vous à nous !

Si vous avez de l’intérêt à amener des gens jouer dehors, ce Sommet est pour vous. Ce projet est conçu pour vous permettre de vous faire entendre et de contribuer aux résultats. Joignez-vous à cette collaboration nationale sans précédent et aidez à co-créer l’avenir de la communauté du plein air.

Appuyez le Sommet en vous unissant à des centaines de personnes et d’organisations passionnées par les activités de plein air encadrées.